Etude de marché : comment la faire, à qui s’adresser, quand la réaliser ?

Etude de marché : comment la faire, à qui s’adresser, quand la réaliser ?

Pourquoi faire une étude de marché ? C’est une étape essentielle de vos projets de création d’entreprise, de lancement produit, de développement international, d’innovation, etc. Maîtriser son environnement est la clé pour s’assurer de suivre le bon chemin, d’aller au bout de sa réflexion, de savoir qui sont les acteurs présents, d’en savoir plus sur l’offre et la demande, et de déterminer une stratégie claire, voire aller jusqu’à estimer le chiffre d’affaires prévisionnel.

En résumé, l’exercice est indispensable pour permettre à une entreprise et ses décideurs d’évaluer l’opportunité commerciale ou le potentiel de croissance sur un marché.


ebook étude de marché

Pas le temps de lire ? Téléchargez l’ebook !


Pourquoi et quand réaliser une étude de marché ? 

Pourquoi faire une étude de marché ?

Les études de marché vous permettront non seulement de conforter ou d’infirmer vos idées, mais aussi de prendre des décisions s’appuyant sur des éléments concrets et documentés.

Elles sont à réaliser dans l’objectif de vérifier l’opportunité de lancer votre activité ou votre produit sur des marchés potentiels. Elles permettent de connaître et appréhender au mieux les besoins de vos futurs clients, de savoir quelles sont leurs habitudes de consommation.

Ce travail permet à une entreprise, un entrepreneur ou porteur de projet d’aborder :

  • soit les grandes composantes d’un marché existant : demande, environnement concurrentiel, produits, environnement, taille du marché, tarifs, réseaux de distribution, etc
  • soit la faisabilité et les chances de réussites pour le lancement d’un nouveau produit ou d’une nouvelle offre sur un futur marché, ou même une niche, dans une logique de projet commercial
  • soit du potentiel d’un nouveau point de vente ou du déploiement dans un nouveau pays
  • etc.

L’analyse du marché aide à prendre conscience de l’environnement économique, juridique, fiscal. Egalement, elle vous oriente au mieux pour définir qui sont vos concurrents (directs, indirects, potentiels). Elle évalue le positionnement commercial des entreprises en concurrence sur le marché, et aide à quantifier leurs parts de marché.
En prenant connaissance de leurs points forts, leurs offres, leurs cibles, vous pourrez déterminer votre positionnement (produit, prix…), vos avantages concurrentiels et les points de différenciation à présenter aux clients cibles, ou aux segments de clients (acheteurs, prospects…) définis en amont.

Grâce aux informations documentées et rationnelles qu’elle vous apporte, l’enquête de marché transmet une vision objective de votre marché. Vous pouvez ainsi la confronter à vos propres idées et hypothèses, puis les corriger et réorienter votre stratégie si nécessaire. Cela participe à réduire les risques pris par votre entreprise, et à identifier les points de vigilance. 

Etude de marché : comment la faire, à qui s’adresser, quand la réaliser ?

Quand la réaliser ?

  • Dans le cas d’un projet de création d’entreprise ou de nouvelle activité, l’étude de marché est l’action idéale pour formaliser votre projet et le crédibiliser auprès de vos partenaires et associés potentiels. Vous pourrez l’utiliser en entreprise, pour la définition d’un budget annuel ou dédié à un projet, ou bien pour la rédaction d’un business plan en tant que créateur d’entreprise, etc. 
  • Dans l’optique d’un lancement produit, elle constitue un préalable important pour analyser le potentiel du marché visé et repérer des concurrents, ainsi que pour révéler leurs forces et faiblesses.
  • Après quelques mois ou années d’activité, une étude de marché peut aussi aider l’entreprise à mesurer l’efficience de sa stratégie, à analyser la satisfaction de ses clients, à vérifier l’image renvoyée par l’entreprise, etc.
    Elle peut aussi participer à la définition, ou à la réorientation, de votre stratégie marketing et de vos actions de communication.

Vous avez besoin d’une étude de marché ? Contactez Scope :

Comment faire une étude de marché ? 

Comment réaliser une étude de marché est un sujet qui préoccupe de nombreuses entreprises, lors de la création de leur activité mais aussi pour des lancements produits, dans le cadre d’un projet de diversification ou de déploiement international, etc.

Comment faire une étude de marché ? 5 étapes des études de marché

Les 5 étapes de l’étude de marché

Réaliser une étude de marché est un véritable marathon ! La recherche d’informations précises et fiables va occuper une grande partie du temps alloué à cette action. Il faudra pouvoir compter sur différents prestataires, bases de données, études, journaux, outils et logiciels…

Voyons les 5 étapes de l’analyse de marché :

Etape 1 : définir son marché 

Cette première étape de l’étude de marché vous amène à définir précisément votre marché, à l’identifier, en mettant noir sur blanc : 

  • le ou les marchés sur lesquels votre entreprise va évoluer
  • les clients potentiels représentant le coeur de cible à conquérir (ou éventuellement à fidéliser)
  • la zone géographique estimée de votre marché (régional, national, international), la zone de chalandise
  • les différents acteurs du marché : outre les concurrents et les clients, définir qui sont les utilisateurs, les prescripteurs, les fournisseurs, les partenaires…
  • l’évolution, en valeur et en volume, de ce marché
  • les grandes tendances du marché
  • les produits et services déjà proposés par les concurrents directs et indirects
  • etc.

Etape 2 : analyser la demande

Cette deuxième étape de l’étude de marché vous permet d’analyser plus en profondeur le marché en vous focalisant sur la demande : 

  • la taille du marché, les quantités vendues
  • le nombre de clients, son évolution
  • le comportement et les attentes des clients : pourquoi achètent-ils ce produit ou ce service ? pour quelle raison ? ce qui les satisfait ? ce qui leur déplait ? 
  • etc.

Cette nouvelle étape vous conduira aussi à la création d’un portrait-robot de votre client cible, un persona

Ainsi, l’un des objectifs d’une étude de marché est d’identifier le profil des consommateurs et clients, leurs attentes, et également d’estimer la taille du marché.

Etape 3 : analyser l’offre

Cette troisième étape de l’étude de marché sert à analyser minutieusement l’offre afin d’établir votre stratégie : 

  • les entreprises, les produits & services existants sur le marché
  • les leaders
  • le détail des produits & services, des marques, les tarifs pratiqués
  • leur méthode de vente, leur discours marketing
  • leurs cibles
  • leur part de marché en volume et en valeur
  • le niveau de satisfaction de leurs clients
  • etc.

Etape 4 : étudier les fournisseurs

Cette quatrième étape de l’étude de marché se focalise sur le recensement et l’étude des fournisseurs : 

  • les fournisseurs potentiels pour votre projet
  • leurs produits & services, les tarifs
  • les délais de paiement et de livraison, la qualité du SAV
  • la réputation des fournisseurs
  • etc. 

Etape 5 : considérer l’environnement

Cette cinquième étape de l’étude de marché a pour objectif d’identifier les facteurs qui pourraient avoir un impact positif ou négatif sur votre marché. La prise en compte de l’environnement vous mène à la réalisation d’une étude PESTEL, comprenant 6 dimensions : Politique, Économique, Sociologique, Technologique, Écologique, Légal.

  • Politique : la stabilité gouvernementale & politique est-elle bonne ? quelles sont les caractéristiques de la politique fiscale, commerciale, extérieure… ? etc.
  • Économique : la conjoncture économique actuelle est-elle positive ? quelles informations obtenez-vous sur la situation de ces sujets : chômage, inflation, revenu disponible… ? etc.
  • Sociologique : quelles sont les caractéristiques démographiques ? quelle est la distribution des revenus, quelles sont les valeurs et les normes ? quel est le niveau d’éducation ? quelles sont les habitudes de consommation ? etc.
  • Technologique : que savez-vous des dépenses publiques en R&D ? des investissements privés en technologie ? quels sont les brevets, innovations et découvertes ? quelles évolutions technologiques se dessinent ? etc.
  • Ecologique : existe-t-il des lois de protection de l’environnement (traitement des déchets, consommation d’énergie…) pouvant impacter votre projet ? 
  • Légal : quels sont les éléments juridiques (lois, règlements, normes, droit du travail…) encadrant votre activité ? comment sont-ils amenés à évoluer ? quel est le rôle des pouvoirs publics ? existe-t-il des organisations professionnelles ou des groupes d’influence ?

Zoom sur les types d’études

Au cours du processus, deux grands types d’analyses seront nécessaires. Il s’agit des études quantitatives et qualitatives :  

L’étude quantitative

Une enquête quantitative est utile pour déterminer les caractéristiques statistiques de votre marché, et plus particulièrement d’une population. Comme par exemple le niveau socio-professionnel, les tranches d’âges, le prix qu’une population est prête à débourser pour un produit ou service, etc.

Ce type d’étude nécessite un échantillon important, statistiquement représentatif de la population que vous voulez cibler. En fonction de la cible et des informations que vous souhaitez recueillir, vous pourrez collecter des données provenant de bases de données, des médias sociaux, de questionnaires et sondages, de réunions de consommateurs, etc. 

L’étude qualitative

En parallèle, l’étude qualitative a plutôt pour objectif de cerner et mieux comprendre les attentes des cibles. Quels éléments les intéressent ? Quelles fonctionnalités ou options attendent-ils d’un produit ou service ?
Vous pourrez vous appuyer sur ce recueil d’information pour définir votre stratégie de production, votre stratégie commerciale, votre stratégie de distribution, etc. afin de développer votre compétitivité.

Une étude qualitative se conduira le plus souvent dans le cadre d’entretien en face à face ou d’échanges téléphoniques. Cela vous autorise en effet à creuser un sujet et poser des questions ouvertes, afin de recueillir des informations précieuses pour vos prises de décisions. Vos interlocuteurs vous renseigneront ainsi sur leurs attentes et souhaits, leurs préférences, leurs freins, leurs peurs, leur perception du marché,…

Vous souhaitez élaborer une étude de marché ? Contactez Scope :

Comment et où faire son analyse de marché ?

A qui s’adresser pour effectuer une étude de marché ? Quels sont les écueils à éviter si vous décidez de réaliser en interne votre étude de marché

Où faire son étude de marché ?

Il existe de nombreuses offres disponibles pour la réalisation d’une étude de marché. Il est donc important de définir vos besoins en amont :

  • quel budget êtes-vous prêt à allouer à cette action ?
  • souhaitez-vous établir une étude de marché complète ou simplement un document pré-établi et non personnalisé ?
  • envisagez-vous d’impliquer votre entreprise, ou vous-même, dans la réalisation de cette étude, ou dans sa conduite ?
  • quels prestataires ou instituts de sondages sont en mesure de répondre à vos besoins ? 
  • ces prestataires proposent-ils une prestation de mise à jour des données de votre étude de marché au fil du temps ?
  • etc.


Voici une liste des différents spécialistes qui peuvent répondre à votre besoin en étude de marché

Les prestataires spécialisés en étude de marché et en veille

A l’instar de Scope Veille Augmentée, un prestataire en étude de marché ET en veille vous fournira non seulement une étude de marché parfaitement personnalisée et adaptée à vos besoins, mais aussi sera en mesure de vous apporter un service complémentaire. Ce service, basé sur la veille stratégique, vous permettra de bénéficier de la mise à jour régulière des données de votre étude de marché

Scope Veille Augmentée fait partie du groupe Actualis, spécialisé dans la recherche d’informations économiques & stratégique, qui existe depuis 2001 et dénombre 30 collaborateurs.

Les instituts spécialisés

Il existe des instituts spécialisés en étude de marché, des cabinets d’études de marché, qui proposent la réalisation d’études marketing, marketing stratégique, marketing opérationnel. Ils soutiennent ainsi l’analyse des marchés cibles, l’élaboration de stratégie et leur mise en oeuvre. Néanmoins, leurs tarifs pour des études quantitatives ou qualitatives sont très élevés.

Les autres prestataires

CCI, cabinets de conseil, cabinets d’études en ligne, consultants freelance, junior entreprises, spécialistes du questionnaire ou de la réunion de consommateur… sont autant d’autres options possibles pour la réalisation d’une étude de marché. Chacune de ces solutions présente des avantages et des inconvénients, tant au niveau tarifaire (tarifs élevés à la journée pour un consultant, par ex) qu’au niveau du niveau de réalisation (potentiellement un peu moins élevé si l’étude de marché est réalisée par des étudiants en cours de formation, par ex).

Quoiqu’il en soit, définir avec votre prestataire un cahier des charges de votre étude de marché est essentiel ! 

Réaliser seul son étude de marché : quels écueils et risques éviter ?

Attention à l’effet Dunning-Kruger

Conduire une étude de marché par soi-même nécessite de sérieuses compétences (notions en statistiques, en sciences sociales, etc) et un accès à des bases de données et des informations de grande viabilité et fiabilité, des livres, des sites web, des bilans financiers, des études académiques, des rapports professionnels, etc.

Documentez-vous sur l’étude de marché et vérifiez que vous avez bien les compétences en interne pour la réaliser… sinon, attention à l’effet Dunning-Kruger de surconfiance ! Il pourrait vous amener à prendre des décisions sur la base d’une étude de marché mal menée, voire entièrement fausse. 

Déléguer son étude de marché à un prestataire ou un professionnel ne veut pas dire que vous resterez entièrement passif. Cela signifie que vous avez su vous entourer de personnes compétentes, qui sauront trouver l’information la plus pertinente pour votre projet, et même vous aider à l’analyser pour la prise de décision. 

En effet, une société spécialisée va vous soutenir dans le positionnement de votre offre par rapport au marché, aux concurrents, aux clients. Elle vous apportera une véritable vision pour la définition de votre stratégie commerciale et sur les premières actions à lancer.

Soyez très vigilant sur le risque d’auto-confirmation

La tentation est grande d’aller vers une analyse en vue de confirmer ou justifier votre idée de business. Seul, vous pouvez mener une étude de marché dans l’objectif, souvent inconscient, de valider ce que vous pensez… sans prendre en compte les signaux contraires. 

Ceux-ci sont pourtant parfaitement utiles pour adapter votre projet et garantir son succès. 

Ne pas aller jusqu’au bout

Réaliser une analyse de marché est une tâche chronophage, qui peut vous amener à vous noyer sous les données et informations recueillies… au risque de perdre de vue votre objectif premier. 

Blasé, vous pourriez envisager de stopper vos recherches et négliger certaines étapes : 

  • l’analyse de la demande : vous conduisant à une mauvaise connaissance du besoin de vos clients potentiels et de leurs habitudes 
  • la délimitation de votre zone cible : vous amenant à ne pas bien adapter vos produits & services en fonction des spécificités de votre ciblage au niveau local, par exemple
  • l’enquête sur la concurrence : risquant ainsi de mettre en danger votre positionnement sur le marché
  • la compréhension de la réglementation : aboutissant à un danger lié au non-respect des exigences, normes ou lois en vigueur
  • etc.

En résumé, la bonne connaissance du marché cible est soumise à une importante phase de préparation et de recherche d’informations.

L’offre, la demande et l’environnement constituent les 3 plus importants piliers d’une étude de marché documentaire. Faire l’impasse sur l’un de ces piliers, ou ne pas analyser avec le plus grand soin chacun des éléments qui les constituent, entraînera des conséquences négatives : vous ne connaîtrez pas les besoins et attentes de vos consommateurs ou clients, vous ignorerez ce que les entreprises déjà présentes proposent, vous n’aurez pas une bonne notion de la réglementation et des lois impactantes, etc.

BtoB / BtoC, les résultats ne seront pas les mêmes

En fonction de votre axe business, B2B ou B2C, vous pourrez rencontrer des difficultés plus ou moins importantes.

En BtoC, les clients cibles sont plutôt disponibles et nombreux pour répondre à vos sondages et questions. Néanmoins, ils peuvent parfois présenter des profils très différents et vous amener à faire une étude approfondie, afin de parfaitement définir votre cible.

En BtoB, les professionnels sont beaucoup moins disponibles et les décisions ne sont généralement pas prises par une seule personne au sein de l’entreprise. Comprendre les attentes de vos interlocuteurs et la réalité du processus d’achat pourrait donc être très complexe.

Les apports de la Veille pour une étude de marché

Les apports de la Veille pour une étude de marché 

Il est important d’envisager la mise en place d’une démarche de veille juste après la livraison de votre étude de marché. Avoir réalisé une étude ne suffit pas… Pourquoi ? Deux axes à considérer : 

  • Votre étude de marché a une durée de vie limitée : selon les sujets et le secteur étudié, les informations contenues dans votre étude de marché seront fiables pour quelques semaines, quelques mois ou au mieux un à trois ans. Au-delà, il faudrait envisager de reprendre tout à zéro.

Dans ce cas de figure, la veille est une solution avantageuse. Celle-ci va vous permettre de remettre à jour certaines parties de votre étude de marché, et de vous éviter de vous relancer dans une démarche longue et coûteuse. Elle peut aussi vous aider à affiner l’étude, ou certains pans de celle-ci.

  • l’étude de marché peut vous informer sur le fait qu’il est trop tôt pour se lancer : si l’étude conclut que le marché n’est pas prêt, que l’innovation que vous proposez est trop en avance et que les clients cibles ne sont pas encore acculturés, vous déciderez certainement d’attendre un peu. 

Pour ce deuxième cas de figure, la veille deviendra un allié précieux. Vous pourrez mettre sous surveillance les indicateurs qui vous permettront de savoir si le marché évolue, si les clients ont de nouvelles attentes… et ainsi savoir quel est le moment opportun pour le lancement de votre projet et votre entrée sur le marché.

Scope Veille Augmentée est le seul prestataire à proposer des offres d’étude de marché et de veille complémentaire. Découvrez notre prestation Etude de Marché

Comment Valoriser sa Veille grâce à une Newsletter, auprès de différents services, métiers, interlocuteurs internes & externes

Comment Valoriser sa Veille grâce à une Newsletter, auprès de différents services, métiers, interlocuteurs internes & externes

Nous vous avons proposé plusieurs contenus sur ce blog à propos de l’importance de la veille, des bénéfices que les organisations peuvent en tirer, et également sur des astuces d’experts pour l’optimiser. Néanmoins, nous n’avons pas encore traité de la meilleure manière de diffuser sa veille ? La diffusion des résultats d’une veille est une phase clé du cycle de veille, et surtout un indispensable pour garantir le succès de votre projet de veille. Alors, comment valoriser sa veille grâce à une newsletter ?

Pourquoi est-il important de valoriser sa veille

Diffuser et valoriser votre veille auprès de différents métiers, services internes à votre entreprise, ou auprès de contacts externes, constitue l’une des étapes clés de la réussite de votre projet de veille. Pourquoi ?

  • cela est essentiel pour la pérennité des actions de surveillance de votre environnement : 

Assurer la visibilité de vos actions de veille permet d’assurer leur pérennité. Une veille non visible, non utile et non utilisée, devient non nécessaire. Il est donc important de votre activité interne de veille soit valorisée, qu’elle soit composée d’experts du métier ou bien au contraire de professionnels d’autres spécialités qui mènent une mission de veille. 

Pour cela, diffuser un livrable est la solution la plus adaptée. 

  • cela permet de faire gagner un temps précieux aux destinataires de votre veille

Il est quasi certain que les commanditaires et destinataires de votre veille n’ont pas 8 heures par jour à consacrer à la lecture des résultats de votre veille. Valoriser votre travail en le transmettant sous la forme d’un livrable digeste, épuré et tourné vers l’aide à la décision est donc un moyen parfait pour économiser leur temps; et de les aider à se concentrer sur leurs tâches métier. En outre, une synthèse ou une présentation d’une information par le biais de médias riches (par exemple une newsletter, une infographie…) permettent de mettre en lumière des informations importantes et donc d’augmenter la réactivité de vos destinataires de veille. 

  • valoriser sa veille aide à capitaliser sur les informations collectées

Sans valorisation, l’information issue de votre veille risque de se perdre, de devenir périssable. La centraliser, la mettre en valeur et la partager à vos interlocuteurs cibles la rend utile, utilisable, utilisée et ré-utilisable. Vous pourrez en effet capitaliser sur les informations collectées tout au long de votre effort de veille, et ainsi avoir un suivi plus précis et pertinent au fil du temps de votre sujet de veille. 

  • une veille non consultée est inutile

Collecter, amonceler des données et informations sans les exploiter, sans les rendre “actionnables” par les principaux concernés (la direction de l’entreprise, vos collègues, vos lecteurs externes…) va contribuer à réduire la visibilité de votre veille. Celle-ci devient alors inutile.

Pour éviter cet écueil, gardez en mémoire que valoriser sa veille passe aussi par vérifier son adéquation avec les différents projets et les différentes phases de développement de votre entreprise. Nous vous avons récemment proposé une ressource à ce sujet : Comment nourrir votre processus d’Innovation avec la Veille Stratégique ?

valoriser sa veille auprès de différents services, métiers, interlocuteurs internes & externes

Rapide tour des différents livrables de veille

Il existe de nombreux livrables de veille. Nous traitons principalement dans ce billet du cas de la newsletter de veille. Néanmoins, je vous propose d’abord de faire un tour des différents livrables de veille, et d’en détailler les bénéfices possibles pour votre entreprise : 

Le tableau de bord

Un tableau de bord permet de présenter, et de visualiser en un seul coup d’oeil, toutes les données collectées lors d’une veille. Son organisation est directement liée à votre sujet, aux choix exprimés par vos destinataires ou en fonction de la pertinence de chaque information présentée.

Créer un tableau de bord de veille nécessite de définir, en amont, vos indicateurs clés (KPI). 

Toutefois le tableau de bord ne se plie pas à toutes les veilles. Il peut être utile dans le cas de besoins de quantification d’informations ou de présentation de données chiffrées, principalement. Attention à ne pas vous perdre dans des graphiques ou des présentations chronophages et à peu de valeur ajoutée. Par exemple, les nuages de mots-clés ont un effet “wahou” qui disparaît très vite quand on réalise une consultation quotidienne de l’information à visée opérationnelle. 

En résumé : un tableau de bord de veille permet de visualiser, ce qui ne s’applique donc pas à des articles, des dossiers, etc.

Les rapports & bulletins de veille

Un rapport ou un bulletin de veille est un livrable parfait pour transmettre une information ciblée, contextualisée, et enrichie d’une analyse qui lui donne du sens. 

Néanmoins, ce type de livrable a 3 handicaps : 

  • il se concentre sur un sujet en particulier, contrairement à une newsletter qui peut couvrir de nombreux sujets de veille. 
  • il s’agit d’un outil qualitatif et donc, il est très long à créer. Cela le rend beaucoup moins maniable pour une production quotidienne. Il est donc à réserver à des phases importantes de votre activité, comme par exemple la création d’une étude de marché. 
  • enfin, la présentation spécifique utilisée pour un rapport de veille en fait un document qui se focalise sur les informations recueillies entre une période précédente donnée et aujourd’hui. Ce n’est donc pas, à proprement parler, un outil de veille, mais plutôt de compilation de l’information. 

En résumé : le rapport de veille est à utiliser dans le cas où il est nécessaire de creuser un sujet au maximum, pour accompagner une phase d’étude de marché par exemple.

Les synthèses & fiches 

La synthèse ou la fiche est très souvent une composante d’un rapport de veille ou d’une étude de marché. Elle est d’ailleurs très utilisée pour la création de fiches concurrents

Selon l’éditeur Digimind, dans 73% des cas, un projet de veille est mené à des fins concurrentielles. Il est donc plutôt logique que les résultats de cette veille soient présentés sous forme de synthèse ou de fiche concurrent. La fiche concurrent permettra de présenter les données clés pour voir rapidement les informations les plus importantes pour les commanditaires de votre veille.

Les alertes 

L’alerte de veille est très utile pour un suivi en temps réel d’un sujet important pour votre entreprise. Elle se présente sous la forme d’une courte information, transmise par email, et agrémentée d’un lien vers la ressource initiale, ainsi que souvent d’un résumé de quelques mots. 

Toutefois, ce type de livrable présente deux inconvénients importants : 

  • l’alerte ne permet pas de remettre en contexte l’information délivrée. Elle est transmise en temps réel, et sans lien avec des informations ou des connaissances préalables.
  • par sa nature elle est chronophage (il faut consulter la ressource initiale, la lire, en extraire l’information que l’on souhaite car il n’y a pas eu de traitement humain au préalable) et elle est également encombrante (on reçoit parfois des vingtaines d’alertes par jour, selon le sujet choisi). L’impression d’infobésité devient très présent !

En résumé : l’alerte de veille est un livrable à considérer pour des sujets qui ne sortent pas très souvent dans les résultats (peu de volume) ou au contraire, pour des sujets avec beaucoup de résultats mais sur des périodes très courtes… donc pour des sujets très importants à un moment M.

La newsletter, pour valoriser sa veille

Opter pour une newsletter dans le cadre d’un projet de veille est un choix pertinent, pour plusieurs raisons : 

  • il s’agit d’un moyen efficace pour envoyer de manière régulière des informations à vos destinataires, et ainsi de créer un véritable rendez-vous,
  • la newsletter est un livrable très souple, qui peut se permettre quelques fantaisies (couleurs, logo, insertion de médias comme des vidéos, des graphiques, etc.),
  • la souplesse de la newsletter réside également dans les possibilités de personnalisation : en fonction des interlocuteurs, vous pouvez envisager d’envoyer des informations différentes. Vous pouvez aussi envisager des formats différents : résumé d’information, informations complètes, etc.
  • enfin, vous pouvez enrichir la newsletter en intégrant vos commentaires, en ajoutant des liens vers des ressources repérées précédemment, en qualifiant vos informations (ajout de lien vers un site web, ajout de numéro de téléphone, etc.)

En résumé : la newsletter est le livrable idéal de la veille, puisqu’il s’adapte à l’aspect itératif de votre projet de veille ainsi qu’aux besoins particuliers de votre entreprise et de chaque destinataire des résultats de votre veille.

La newsletter, outil incontournable pour la valorisation d'une veille en entreprise

En quoi la newsletter est l’outil incontournable pour valoriser sa veille ? 

Outil incontournable de diffusion de votre veille, la newsletter peut être utilisée autant en communication interne qu’externe. Voici quelques exemples d’objectifs que vous pouvez atteindre grâce à une newsletter : 

  • le partage régulier des résultats d’une veille concurrentielle (veille concurrentielle – communication interne)
  • la diffusion des informations issues de votre veille marché (veille marché, veille sectorielle – communication interne)
  • le suivi de votre entreprise dans les médias (veille image, veille e-réputation – communication interne)
  • promouvoir les contenus diffusés par votre entreprise et favoriser l’employee advocacy sur les réseaux sociaux (communication externe)
  • mettre en avant l’actualité de vos clients et partenaires les plus proches (veille fournisseurs, veille clients – communication externe)
  • etc.

En résumé

En interne, la newsletter sera un bel outil de partage des informations clés pour le travail & la prise de décision des différents services mais aussi pour la fidélisation de vos salariés. En externe, votre newsletter pourra être utilisée comme un levier pour générer du business, grâce à sa contribution à votre visibilité et de maintien du lien avec vos prospects et clients, notamment.

Découvrez la fonctionnalité Newsletter de Scope Veille Augmentée

Réalisez votre newsletter de veille avec Scope Veille Augmentée : pour découvrir cette fonctionnalité, demandez un rendez-vous avec un expert Scope :



    Comment structurer la veille en entreprise : quels objectifs ? quelles étapes-clés ?

    Comment structurer la veille en entreprise : quels objectifs ? quelles étapes-clés ?

    Collecter des informations stratégiques est clé au sein d’une entreprise. Grâce à la veille, la société peut anticiper les évolutions de son marché, se protéger des menaces et saisir les opportunités. 

    Comment mettre en place une démarche de veille dans votre entreprise ? Quels en sont les objectifs et quelles sont les étapes-clés à suivre ? Les réponses dans ce billet :

    Pourquoi instaurer une démarche de veille stratégique dans une entreprise ?

    La veille stratégique permet aux entreprises d’apporter un soutien pertinent et efficace à plusieurs de leurs projets et enjeux. Elle s’inscrit directement en outil idéal pour la stratégie générale de l’entreprise (observation de ses concurrents, surveillance des tendances), pour ses opérations marketing (études de marché pour la préparation de lancement de nouveaux produits, pour la diversification sur des marchés complémentaires,…), pour son action commerciale (détection de prospects, suivi de clients),  pour ses projets d’innovation (brevets, R&D), pour son activité de production (suivi des fournisseurs, amélioration des process), pour la connaissance des règlements auxquels elle est soumise (normes, réglementations, lobbying), etc.

    D’une manière générale, la veille stratégique permet à l’entreprise de comprendre l’environnement dans lequel elle évolue. Elle l’aide à : 

    • détecter des opportunités

    Par exemple, projeter d’acquérir une nouvelle technologie émergente et prometteuse ; saisir des occasions de rachats de sociétés complémentaires ou concurrentes ; adapter son activité et ses produits aux tendances de consommation ; etc.

    • se protéger des menaces

    Par exemple, détecter des avis négatifs exprimés par des clients à propos de ses produits ; anticiper une nouvelle norme ou loi en programmant des modifications sur ses produits ou son process en amont ; réagir face à un concurrent émergent ; etc.

    Enfin, et c’est ici que tout l’enjeu d’une structuration de la veille en entreprise se révèle, l’action de veille stratégique ne se limite pas à la surveillance, la collecte et la diffusion de l’information. Pour détecter des opportunités et menaces, pour comprendre quels changements doivent être préparés dans l’entreprise afin d’y faire face, il est nécessaire d’analyser et d’évaluer les conséquences positives ou négatives, puis de prendre des décisions éclairées

    méthode de structuration de votre veille en entreprise

    Voici des pistes pour Structurer la Veille en Entreprise

    Quelle méthode suivre ? 

    Les 9 étapes clés pour structurer la veille en entreprise

    Suivre ces 9 étapes, sans en oublier ou en bâcler une, vous assure de mettre sur pied un projet de veille pérenne et efficace. Il y a plusieurs risques dans la mise en place d’un projet de veille. Les plus rencontrés sont au nombre de deux : 

    • un “empilement” d’informations, sans analyse et sans diffusion pertinente
    • un délaissement de la veille, menant petit à petit à sa disparition

    Sachez également que des spécialistes de la veille, comme les experts Scope® Veille Augmentée®, vous accompagnent dans la construction de votre projet de veille et vous aident à n’oublier aucune étape. Il serait dommage de se passer des services et conseils pertinents d’experts en veille. 

    1. Etat des lieux

    L’état des lieux est une étape indispensable, mais fréquemment oubliée ou réalisée trop rapidement. Avant même d’entamer un projet de veille, il est en effet essentiel de faire le point sur l’organisation de l’entreprise, ses ressources, les freins potentiels. 

    L’état des lieux se concentrera également sur l’évaluation du temps passé à la veille, avant le lancement du projet, ainsi que sur les coûts de cette veille non structurée. Il permettra d’identifier les parties prenantes, ainsi que de potentiels animateurs déjà convaincus de l’intérêt d’une telle démarche.


    2. Réflexion & cadrage

    L’identification et l’expression des besoins est l’étape suivante, absolument essentielle elle aussi. A qui la veille est-elle destinée ? A quels besoins le projet de veille répondra-t-il ? Quels sont les objectifs poursuivis ? Quelles sont les limites du projet de veille ?

    Être en mesure de répondre précisément à ces questions permettra de cadrer parfaitement la veille, d’en déterminer son périmètre exact, et de se concentrer sur l’efficience des actions réalisées. 

    Voici deux exemples d’objectifs : 

    • un objectif stratégique, pour augmenter les ventes ou détecter de nouveaux partenaires
    • un objectif opérationnel, pour participer à de nouveaux salons professionnels ou lancer de nouveaux produits

    L’étape de cadrage doit également répondre à la question combien, comment ? C’est à dire le budget, les ressources humaines et les outils à mettre en oeuvre. 


    3. Choix des sujets de veille et des sources

    Quels sont les sujets et thèmes principaux de votre veille ? Cette question vous aide à définir les mots-clés à surveiller mais également les sources à utiliser pour votre démarche de surveillance de l’information. 

    A ce stade, vous pouvez vous renseigner sur la veille radar (utilisation de mots-clés et de requêtes avancées pour repérer l’information qui vous intéresse) et la veille cible (mise sous surveillance de sources fiables repérées en amont et qui évoquent régulièrement vos sujets de veille). 

    Les mots-clés de votre veille doivent être suffisamment précis pour générer des résultats sans produire de bruit. Les sources de votre veille doivent être variées (presse, revues et magazines spécialisés, newsletters, sites web d’entreprise, réseaux sociaux…).

    4. Structuration de l’action de veille

    La question du “qui” permet de définir concrètement qui sera en charge de la veille et quelles sont les compétences du veilleur ou de l’équipe de veille. Cette étape vise à décider qui alimentera la veille, mais aussi qui fera vivre le projet en l’animant et le pilotant. 

    Le “qui” porte également sur les acteurs internes et externes qui participeront à l’effort de veille. Les experts métiers, sollicités pour analyser les résultats de la veille, font eux aussi partie des acteurs qui collaboreront à l’enrichissement de l’information dans le but de la transformer en information stratégique et d’aide à la décision. 

    5. Choix et déploiement des outils de veille

    Le choix de l’outil intervient en 5e étape de votre projet de veille. Définir ses besoins et son organisation sont des préalables au choix d’un outil ou d’un prestataire de veille

    En effet, il faut prendre en compte le fait que les outils de veille existants répondent à des besoins pré-définis et chacun d’eux a développé une spécialité, pouvant ou non correspondre à vos besoins. 

    Si votre entreprise dispose déjà d’outils de veille, et qu’elle choisit d’évoluer vers de nouvelles solutions, il faudra également intégrer au projet des actions de conduite du changement. 

    6. Collecte & diffusion des données

    Dans le cadre de la structuration d’une veille en entreprise, il faut également préparer la phase de collecte et diffusion des informations issues de la veille. 

    Il est donc nécessaire de prévoir une phase de collecte sur un échantillon test de sources et de mots-clés, de procéder à une diffusion et analyse des résultats, et de prendre en compte les retours positifs (résultats pertinents) et les points d’amélioration (résultats non pertinents, fraicheur de l’information, etc.).

    Je vous suggère aussi de prévoir une étape de “purge” si les pilotes de la veille ne sont pas des experts métiers : il s’agit de constituer en équipe (veilleurs et experts métiers) une base commune de connaissances sur les sujets de votre veille.
    Cette étape de “purge” permet de contourner l’inévitable inconvénient de tous les démarrages de veille : celui où les veilleurs trouvent des informations que les experts métiers connaissent déjà, et qui donc ne leur apportent aucune valeur ajoutée.

    La diffusion des informations collectées par la veille peut aussi être traitée à l’étape du choix des outils, car ceux-ci permettent souvent de créer des newsletters et des dossiers de veille. Il faut déterminer quels sont les besoins, mais aussi les limites, des destinataires de la veille : souhaitent-ils des synthèses ou des résultats en temps réel ? ont-ils suffisamment de temps pour consulter des notifications de veille quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles ? etc.

    7. Analyse des résultats obtenus

    Comment les informations issues de la veille vont-elles être appréhendées et analysées par vos collaborateurs ? Qu’en feront-ils ? Comment les transformeront-ils en informations stratégiques pour le développement de votre activité ?

    Bien sûr, les réponses à ces questions seront différentes selon les destinataires de la veille et les objectifs poursuivis. Le service R&D ne traitera pas les informations de la même manière que le service Marketing, par exemple. 


    8. Animation, promotion & pilotage de la veille 

    Les étapes 8 et 9 ont pour objectif d’assurer la pérennité de votre projet de veille. En premier lieu, il faut informer les collaborateurs de l’entreprise de l’existence du projet de veille, puis de la mise en route du processus. 

    Il est également important d’associer et d’impliquer tous les services de l’entreprise, et de leur prouver l’intérêt de la veille pour leur activité quotidienne et leurs projets stratégiques, en fournissant des exemples concrets.

    Ensuite, le pilote du projet devra penser à organiser des événements réguliers pour rappeler aux équipes l’existence et l’importance de la veille. Il peut s’agir de réunions de travail, de démo d’outils ou de newsletters de veille, d’envoi de sondages de satisfaction, de partage de bonnes pratiques, d’échanges autour d’une veille ayant permis une prise de décision stratégique, etc.

    9. Montée en qualité

    Le projet de veille est sur les rails, mais ce n’est pas encore le terminus. Les différents acteurs concernés doivent en effet définir les modalités de la montée en qualité de leur veille

    Cette exigence de qualité et d’amélioration continue doit être prise en compte dès le départ du projet et communiquée à toutes les parties prenantes, qu’elles soient internes ou externe (prestataire de veille, par ex). La collecte régulière de retours, de feedbacks, fait partie des bonnes pratiques pour la montée en qualité de la veille. La qualité d’une veille se mesure à partir de :

    • ses sources : sont-elles à jour ? sont-elles les plus exhaustives possibles ? les sources qui ne diffusent plus d’information ont-elles été retirées de la veille ?
    • ses mots-clés : donnent-ils des résultats corrects ou trop de bruit ? comment compléter la liste de mots-clés surveillés pour obtenir des résultats encore plus pertinents ?
    • ses acteurs : a-t-on mobilisé suffisamment de ressources (temps, humain, outil) pour s’assurer de la qualité de la veille ? les prestataires choisis ont-ils des suggestions d’amélioration ?
    • ses destinataires : sont-ils satisfaits des informations qu’ils reçoivent de la veille ? restent-ils participatifs au fil du temps ? doivent-ils mener des recherches complémentaires ou peuvent-ils se consacrer à leur expertise métier ? ont-ils su communiquer sur leurs nouveaux besoins en information ? savent-ils à qui s’adresser pour cela ?… pourquoi ne pas leur proposer un club utilisateurs, également ?
    • ses outils : a-t-on exploré toutes les fonctionnalités des interfaces, logiciels et outils utilisés pour la veille ?
    quels types de veille mettre en place pour structurer la recherche d'information

    Les types de veille à mettre en place

    Il existe de nombreux types de veille. Vous en trouverez un échantillon représentatif en visitant notre page dédiée aux Types de Veille

    Le choix du type de veille à mener découle directement de vos besoins et objectifs. Par exemple, si vous souhaitez suivre les normes, textes de lois, règlements en cours d’adoption ou en préparation, vous vous orienterez vers une veille juridique. Autre exemple, si vous voulez évaluer la réputation de votre entreprise et surveiller ce que les internautes et les médias en disent, la veille image & e-réputation sera votre alliée.

    Le plan de veille, pour structurer la veille en entreprise

    Maintenant que nous avons évoqué les étapes d’un projet de veille et les types de veille, nous pouvons évoquer l’étape consistant à mettre noir sur blanc votre plan de veille

    Il s’agit d’un document reprenant vos choix pour la mise en place de la veille, son périmètres, les personnes concernées, les objectifs poursuivis. 

    Voici des exemples de canvas ou plans de veille trouvés sur le web. Ils sont tous très différents, mais présentent l’avantage de donner des pistes pour organiser au mieux votre action de veille : 

    Quoi qu’il en soit, votre plan de veille devra contenir les données suivantes : 

    • synthèse de l’analyse de l’existant
    • besoins en veille de l’entreprise
    • définition des sujets et sources à surveiller
    • modélisation du process, de la fréquence et des méthodes de traitement, diffusion et analyse de l’information
    • détail des moyens de suivi de la veille

    Le plan de veille doit impérativement évoquer la fréquence de vos actions de veille. Celles-ci seront-elles menées : 

    • à un rythme permanent (tous les jours, toutes les semaines, tous les mois) ?
      L’avantage de cette fréquence est qu’elle vous offre une vision à 360° de votre environnement ou de vos sujets de veille.
    • ou à un rythme périodique (quand le besoin en information se fait sentir) ?
      L’avantage de cette fréquence est qu’elle vous offre une vision de votre environnement parfaitement adaptée à vos enjeux du moment.
    structurer votre veille avec les outils

    Comment choisir ses outils de veille

    Définir ses besoins avec un cahier des charges de veille

    Un cahier des charges de veille est un document essentiel pour communiquer vos besoins, tant fonctionnels que techniques, à vos prestataires et fournisseurs. Le cahier des charges veille vise à décrire les besoins et attentes de votre entreprise, les contraintes liées à votre environnement (organisation, informatique…), mais également à limiter les écarts entre la prestation ou l’outil choisis et vos besoins.

    Pour en savoir plus, consultez le modèle de Cahier des Charges de Veille de Scope® 

    Les différents types d’outils

    L’outil gratuit de veille : pour débuter un projet de veille de petite envergure, les entreprises peuvent se contenter de Google Alertes ou Talkwalker Alertes. Ces outils gratuits permettent de surveiller de manière simplissime un sujet de veille. Il ne faut toutefois pas être trop exigeant au niveau des résultats attendus et de leur pertinence, car vos options de filtrage sont plutôt réduites !

    L’outil freemium de veille : il s’agit d’un outil proposant une partie gratuite et une payante, avec plus d’options. C’est par exemple le cas de Feedly, Inoreader, etc. Ces solutions ont l’avantage de vous permettre de mixer des recherches mots-clés avec la surveillance de sources. Elles vous offrent des fonctionnalités avancées pour filtrer votre veille et la diffuser. Néanmoins, il vous faudra passer beaucoup de temps pour les configurer et pour en maintenir la qualité au fil des semaines.

    L’outil payant de veille : ces solutions, onéreuses, sont proposées principalement aux entreprises. Elles présentent des avantages indéniables de surveillance de masse, de traitement et mise en forme des données recueillies. Toutefois, leurs nombreuses fonctionnalités avancées les rendent quasi inaccessibles aux non-experts en veille. Il faudra donc prévoir un temps conséquent de formation à l’outil.

    Le prestataire de veille : faire appel à un prestataire de veille externalisé comme Scope® offre les avantages des outils payants et freemium, combiné aux bénéfices apportés par un expert en veille pour votre accompagnement. Ce type de prestation vous permet de vous libérer des tâches chronophages afin de vous concentrer uniquement sur les résultats transmis à vos experts métiers. Ceux-ci ne passent plus des heures à chercher de l’information, ils peuvent prendre le temps ainsi gagné pour transformer les informations collectées par le prestataire en informations stratégiques pour vos prises de décisions.

    Pour en savoir plus sur les prestataires de veille, contactez-nous !



      Marketing Stratégique : quels axes de Veille pour enrichir vos outils & méthodes ?

      Marketing Stratégique : quels axes de Veille pour enrichir vos outils & méthodes ?

      Dans votre boîte à outils pour le marketing stratégique, il est très intelligent d’intégrer différents types de veille stratégique. La veille est en effet un moyen essentiel pour soutenir vos réflexions et démarches d’élaboration de votre stratégie

      Quels sont les axes de Veille à intégrer à votre Marketing Stratégique ? Les pistes des experts Scope® Veille Augmentée® :

      marketing stratégique : la boite à outil doit être étoffée avec la veille

      Qu’est-ce que le Marketing Stratégique ?

      Quelle définition peut-on donner du marketing stratégique ? il s’agit de fixer des objectifs marketing pour développer les marchés de l’entreprise. Le marketing stratégique s’appuie sur des études, des analyses et une veille professionnelle poussée. 

      Ces actions permettent de définir la stratégie marketing d’une entreprise, et représentent en quelque sorte la “colonne vertébrale” de son évolution. 

      Le marketing stratégique va s’attacher à définir plusieurs objectifs, challenges, à atteindre. Parmi lesquels : 

      • le développement de l’entreprise sur son marché
      • la définition du positionnement de l’entreprise, et de ses produits
      • la création de valeur, répondant à des besoins spécifiques

      Pour ce faire, les directeurs, responsables et collaborateurs de cette discipline se pencheront sur l’analyse de l’existant (analyse du marché, des besoins, des offres existantes, de la concurrence, etc.). C’est ici que l’on retrouve généralement des outils de marketing stratégique comme la matrice SWOT ou encore l’analyse PESTEL. 

      La phase d’analyse permet ensuite de planifier des objectifs en s’appuyant sur des faits, données et éléments concrets. La troisième phase est la mise en oeuvre des actions de marketing à déployer dans le but d’atteindre les objectifs fixés. 

      Bien sûr, la stratégie marketing doit être régulièrement contrôlée et si nécessaire réévaluée dans le but de l’adapter au fil du temps et des résultats obtenus. L’analyse marketing a en général un rôle important à jouer à ce stade, puisqu’il pourra détecter ce qui apparaît de nouveau sur le marché. 

      Ces constats initiaux étant édictés, je vous propose de voir quel est l’apport de la veille dans les différentes phases et les divers objectifs énoncés précédemment, mais également dans la possibilité de tenir à jour les résultats de vos différentes matrices et analyses réalisées pour votre marketing stratégique (SWOT, PESTEL, ANSOFF, Océan Bleu, etc.)

      Pour la boite à outil du marketing stratégique, la veille est essentielle

      Marché & opportunités 

      Quels axes de veille devez-vous définir pour analyser votre environnement, votre marché ?

      Pour analyser et comprendre votre environnement, votre marché, vous réalisez généralement une analyse PESTEL. Cet outil de marketing stratégique vous permet de distinguer ce qui peut influer sur votre industrie : les aspects politiques, économiques, sociologiques, technologiques, environnementaux et légaux sont ainsi pris en compte. 

      Une recherche documentaire détaillée vous permettra de réaliser une analyse PESTEL à un instant T. Mettre en place une veille entièrement dédiée à la mise à jour des informations récoltées sera un véritable point fort pour votre entreprise. En effet, il vous sera désormais possible de prendre des décisions en fonction d’informations récentes et non plus de celles récoltées au moment de la création de votre analyse.

      Pour mettre en place ce type de veille, prenez en compte l’aspect législatif (grâce à la veille juridique, réglementaire), repérez les nouveautés technologiques (grâce à une veille technologique & innovation), réalisez une veille des tendances sur votre marché, etc.

      Comment utiliser la veille pour identifier de nouvelles opportunités de croissance ?

      Dans ce cas, la matrice ANSOFF est un précieux allié pour identifier la meilleure stratégie de croissance dans le but de capter l’ensemble de votre marché. En fonction de votre analyse, vous pourrez ainsi établir les étapes à franchir dans le but d’enclencher une nouvelle croissance. 

      Dans le cadre de la stratégie de pénétration de marché, il vous sera utile de connaître vos clients potentiels. La veille stratégique et commerciale sera donc un élément important de votre travail. Vous pouvez également inclure les clients de vos concurrents dans votre stratégie de surveillance, ainsi que vos clients et prospects existants.

      Pour mettre en place une stratégie de développement de marché, un fort investissement marketing vous permettra d’atteindre votre but de proposer des produits existants à de nouvelles cibles. Pour identifier ces cibles, une veille commerciale & marketing sera parfaitement adaptée. Elle pourra porter sur divers aspects selon les produits et services proposés : mettre en place la surveillance d’une nouvelle zone géographique (pays, département…), 

      Si vous vous orientez vers une stratégie de développement de produit, votre action va donc être de proposer de nouveaux produits à une clientèle existante. Dans ce cas, la veille pourra soutenir votre besoin en informations sur vos clients et prospects cibles (tendances, avis…) ou encore pour surveiller les produits avec lesquelles vos nouveautés vont entrer en concurrence (veille concurrentielle, veille technologique). 

      Enfin, la stratégie de diversification aura elle aussi de forts bénéfices à retirer de la veille. En proposant de nouveaux produits à de nouvelles cibles, vous avez besoin de bien connaître ces deux aspects de votre projet de diversification avant de vous lancer, mais également tout au long du lancement et de la vie de ces nouveaux produits. Une veille stratégique complète sera la plus indiquée, elle vous permettra de prendre en compte toutes les dimensions : marché, concurrents, fournisseurs, partenaires, clients & prospects cibles, législation, tarifs, etc. La veille sera votre “phare”, éclairant ce nouveau chemin pour vous éviter de trébucher !

      Faites appel à la veille pour soutenir votre stratégie Océan Bleu de marketing stratégique

      Positionnement, concurrence & Océan Bleu 

      Comment créer et apporter de la valeur ?

      L’un de vos outils pour une stratégie de création de valeur est la Chaîne de Valeur de Porter. Elle propose un modèle permettant d’analyser vos activités dans le but de créer des avantages. Par exemple des avantages de coûts (réduction des coûts de certaines activités), des avantages concurrentiels (différenciation), etc. 

      Là aussi la veille s’avère utile pour ce type d’analyse : une veille sur les fournisseurs, les matières premières et leurs tarifs peut grandement aider pour la réduction des coûts. Et bien sûr une veille concurrentielle est tout simplement indispensable pour le développement de vos avantages concurrentiels. 

      Comment vous positionner par rapport à la concurrence ?

      Rechercher “de nouveaux espaces stratégiques inexplorés”, c’est l’objectif de la méthode Océan Bleu imaginée par W. Chan Kim et Renée Mauborgne. Les résultats de votre veille concurrentielle, veille marché et veille technologique principalement, vous permettront d’apporter un matériau de réflexion précieux pour la mise en oeuvre de ce concept. 

      Marketing stratégique, expérience client et veille

      Satisfaction, fidélisation et expérience client

      Pourquoi il est important d’intégrer l’expérience client à votre marketing stratégique ?

      Acquérir un nouveau client coûte plus cher en ressources (temps, budget) que de fidéliser un client existant. Partant de ce constat, l’expérience client doit être l’un des chevaux de bataille de votre organisation, puisqu’elle fait partie des principaux leviers de fidélisation. 

      En marketing, l’expérience client peut être analysée via la matrice attentes-satisfaction. Ici aussi, la veille permettra d’apporter des informations concrètes pour nourrir vos réflexions et vos actions :

      • veille des tendances dans le domaine de l’expérience client
      • veille des attentes et des habitudes de vos consommateurs cibles
      • etc.

      Pour ce billet de blog, nous n’avons cité qu’un échantillon des nombreux outils de Marketing Stratégique. Sachez toutefois que tous les outils existants peuvent être enrichis, et surtout boostés, par une stratégie de veille adaptée à chaque étape de votre plan stratégique. 

      Vous souhaitez en parler avec nous ? Echangeons : 



        Covid19, et après ? Préparez la reprise économique et l’avenir de votre entreprise avec la veille

        Covid19, et après ? Préparez la reprise économique et l’avenir de votre entreprise avec la veille

        Nous venons de vivre une crise sanitaire, dont les impacts économiques, démographiques et sociétaux restent encore flous… La thématique de la reprise économique est sur de nombreuses lèvres actuellement : comment faire pour préparer votre reprise économique, et l’avenir de votre entreprise, en utilisant le pouvoir de la veille stratégique

        Voici 7 pistes préparées par les experts de Scope Veille Augmentée :

        Faire un état des lieux :

        Gérer les priorités, remettre en marche son activité : c’est d’abord commencer par un état des lieux de la santé de son entreprise, ainsi que de celle de ses clients et partenaires.

        L’un de nos clients Scope a par exemple choisi d’accompagner ses clients et ses équipes en valorisant l’action de veille grâce à la diffusion d’une newsletter hebdomadaire. Cette newsletter se compose d’informations formelles et de remontées terrain. 

        Se préparer à saisir les opportunités liées à la reprise économique

        Détecter les nouvelles activités, les nouveaux partenaires, les fusions-acquisitions potentielles, les nouveaux marchés et surtout, les besoins nouveaux qui vont apparaître.  Se préparer mentalement à repérer les opportunités est une des composantes de la reprise économique.

        L’on constate déjà de vraies ruptures ou le “pivotage” de certains secteurs ou modèles économiques… Quelques exemples repérés grâce à la veille, pendant et après le confinement :

        Coronavirus : ces PME qui se diversifient dans les masques

        Nouveaux besoins & diversification de l’activité


        SEB se lance dans le vélo électrique avec Marc Simoncini

        Mobilités & diversification de l’activité


        Doctolib va créer 500 emplois à Nantes

        Nouvelles habitudes & essor rapide de la téléconsultation


        Deux industriels alsaciens s’allient pour relocaliser leur production

        Sécurisation de l’approvisionnement suite à la crise


        Prévenir les risques : 

        La veille stratégique permet de préparer la reprise économique, mais aussi de s’armer contre les situations de risques qui pourraient se présenter : 

        • des situations similaires de frein à l’activité : crise sanitaire, problématiques liées au climat, à la pollution…
        • marchés en disparition suite au Covid19 : quel avenir pour les open spaces ? pour les transports de personnes ? pour l’événementiel ? 

        Quelques exemples tirés de notre veille : 

        Le recyclage des plastiques en péril

        Menaces sur la compétitivité, voire la survie, des entreprises de recyclage du plastique


        Alinéa et Naf Naf en redressement judiciaire

        De grandes enseignes victimes du coronavirus


        Se conformer aux nouvelles normes : 

        Quelles précautions prendre maintenant, et dans un futur proche, pour coller aux nouvelles normes (sanitaires, etc) liées à cette crise ? 

        Quelle réflexion doit-on entamer pour répondre à l’obligation de distanciation physique et de désinfection des locaux ?  “A quoi peut-on s’attendre dans le futur ?”

        Un exemple d’article tiré de la veille Scope : 


        Suivre le mouvement pour la reprise économique

        En chinois, le mot “crise” se compose de deux caractères : le premier représente le danger et le second l’occasion à saisir. Le Covid19 a accéléré plusieurs changements, mutations… comme par exemple le télétravail et la transformation numérique. 

        La veille peut aider à suivre, ou idéalement anticiper, le mouvement et ainsi à rester au plus près des changements d’habitudes.
        Exemple issu de la plateforme Scope : 

        L’impact du coronavirus sur la digitalisation des entreprises françaises

        La digitalisation des entreprises : une première réponse d’anticipation


        Surveiller les tendances : 

        De nombreuses personnes appellent de leurs voeux un renouveau dans notre quotidien et nos comportements, quel impact ce souhait aura-t-il ?

        Les tendances et besoins constatés avant la crise vont-ils disparaître ?

        Les indicateurs à prendre en compte pour l’avenir vont très probablement changer en raison de nouveaux modes de consommation, de nouvelles tendances, de nouveaux besoins…

        Quelques éléments pour un début de réflexion : 

        Coronavirus : l’avenir de la voiture électrique suspendu à la relance

        Avant la pandémie, les ventes de voitures électriques décollaient



        Le secteur banque-assurance, à la conquête de nouveaux horizons

        Extensions de services et la personnalisation


        Mettre de l’Intelligence économique dans son quotidien : 

        L’intelligence économique (veille stratégique, influence, protection de l’entreprise) permet aux entreprises d’être mieux préparées aux mutations interrogeant leur devenir et leur avenir. 

        Une veille stratégique pertinente & créatrice de valeur permet d’éclairer l’avenir de votre entreprise. Il est important de choisir d’ajouter la veille, et les autres composantes de l’intelligence économique, dans votre quotidien. 

        L’intelligence économique a pour but de renforcer la compétitivité et de préserver la sécurité de l’entreprise tout en se positionnant en stratège de sa reprise économique et de son avenir. 


        Echangeons à ce sujet, préparons votre veille stratégique pour la reprise économique

        Veille Stratégique - logo Scope Veille Augmentée expert



          Veille stratégique : le défi du temps de veille

          Veille stratégique : le défi du temps de veille

          “Le temps de veille ? Il faudrait des journées de 52h et des semaines de 82 jours pour pouvoir réellement tout assimiler …”
          Delphine Chevillot, Responsable Marketing & Communication chez ATB AUTO

          “Nous constations aussi que nous étions plusieurs à être abonnés aux mêmes newsletters professionnelles. Chaque jour, plusieurs personnes consultaient, triaient les mêmes articles, et souvent ne les diffusaient pas : une perte de temps !». L’entreprise est passée de 28h pour réaliser sa newsletter mensuelle à désormais moins de 2h pour une newsletter hebdomadaire, grâce à la prestation de veille Scope®”
          Carole Vandra, chargée de missions marketing, L’Auxiliaire

          Processus continu et itératif, la veille demande un engagement quotidien… le temps de veille est souvent perçu comme chronophage

          Analyse du besoin, recherche, collecte, traitement, diffusion, évaluation… puis analyse du besoin, recherche…

          Organiser et professionnaliser sa veille est déjà un véritable défi. Garder un temps suffisant chaque jour ou chaque semaine pour dépouiller les résultats est souvent impossible quand on n’est pas un professionnel de la veille.

          Certains choisissent de réaliser leur veille en interne. C’est par exemple le cas de Delphine Chevillot, responsable marketing et communication dans l’automobile.

          D’autres préfèrent externaliser leur veille, comme Carole Vandra, chargée de mission marketing.
          Elle témoigne :

          La veille est une mission à plein temps : construire ses requêtes, choisir ses sources, consulter quotidiennement les multiples articles qui semblent répondre à nos critères, les résumer, les stocker puis enfin les diffuser, le tout dans des délais assez courts pour fournir des informations fraîches.
          Il était difficile de gérer la totalité de ce travail en interne. Afin de participer au maintien de notre niveau d’expertise, il semblait pertinent d’externaliser une partie de la veille (marché, concurrentielle et image) pour pouvoir proposer de manière régulière, et à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise, une synthèse de l’actualité

          Pour en savoir plus sur les choix de ces entreprises, téléchargez gratuitement notre ebook dédié :

          Veille Stratégique : Témoignages de Responsables Marketing

          Veille Stratégique : Témoignages de Responsables Marketing

          En tant que responsable marketing, vous êtes amené à faire de la veille. Qu’elle porte sur les concurrents, sur le marché et ses évolutions, sur l’innovation… la veille stratégique se met au service des directions marketing.

          Et vous ? Bénéficiez-vous déjà d’une veille ? Combien de temps y passez-vous ? Quels en sont les freins, les limites ? Quel en est l’apport de valeur ?

          La Veille Stratégique

          Les responsables marketing doivent généralement rester à l’écoute du marché sur lequel évolue, ou évoluera leur entreprise. Ils sont bien sûr à l’affût des actualités des concurrents, des clients, des fournisseurs… Ils ont en charge des actions de benchmarking, et de surveillance tarifaire. Et sont très souvent participants, voire à l’initiative, d’actions d’innovation.

          C’est pourquoi le besoin en information des responsables marketing est très élevé. L’information les aidera à :

          • prendre des décisions, et conforter leurs choix
          • construire leurs offres
          • mieux cibler les clients & prospects
          • suivre les tendances du marché, détecter les signaux forts et faibles
          • réagir aux actions des concurrents
          • prévenir l’impact de concurrents émergents
          • garder leurs connaissances métier à jour
          • détecter de nouveaux canaux de distribution, ou de nouvelles opportunités commerciales
          • etc.

          Une veille efficace et pertinente pourra apporter de la valeur au responsable marketing, dans son quotidien. Mais également au-delà :

          • pour les équipes de l’entreprise, comme par exemple l’équipe commerciale, qui pourra plus facilement détecter des leads, enrichir sa connaissance client, développer ses plans d’actions
          • pour l’audience de l’entreprise : les clients, les prospects et les leads ont pris l’habitude de consulter vos contenus experts (blog, newsletter)…
          • mais aussi pour la surveillance de l’image, de l’e-réputation : la veille vous permet de comprendre la perception de vos cibles par rapport à votre image de marque, à vos produits & services…
          • etc.

          Les enjeux de la veille dans les directions marketing

          L’Auxiliaire, assureur BTP, utilise la veille stratégie pour se tenir au courant de l’actualité dans le domaine de l’assurance BTP. Carole Vandra, chargée de mission marketing, envoie chaque semaine une newsletter à l’ensemble des collaborateurs, qui restent ainsi à la pointe de leur domaine et peuvent s’adapter plus rapidement aux nouvelles exigences de leur métier sans cesse en évolution.

          Un directeur marketing dans le domaine des Data Centers, expliquait pour sa part utiliser la veille dans l’objectif de définir et adapter sa stratégie, mais également pour partager les informations collectées à la Direction et sur un blog de “content marketing”.

          Delphine Chevillot, responsable marketing & communication chez ATB Auto, déclare de son côté : ” La veille nous fournit un éclairage permanent sur notre environnement. Elle est primordiale dans notre métier, elle permet d’avoir une connaissance “la plus étendue possible” du marché à conquérir,  ainsi que de fixer des objectifs cohérents”.

          Les freins de la veille dans les directions marketing

          Les responsables marketing doivent relever plusieurs challenges pour se doter d’une veille pertinente et efficace :

          • le défi des outils :

          “Je recherchais un produit performant, répondant aux attentes et besoins du service : une solution souple, rapide complète qui s’intègre parfaitement dans le panel des autres outils d’informations en notre possession, d’autres bases de données que nous détenons”

          David Sasso, Directeur du développement économique pour Haut Bugey Agglomération

          • le défi du temps :

          “Le temps ? Il faudrait des journées de 52h et des semaines de 82 jours pour pouvoir réellement tout assimiler …”

          Delphine Chevillot, Responsable Marketing & Communication chez ATB AUTO

          • le défi de la structuration des données :

          “Aujourd’hui, le frein principal rencontré dans la réalisation de notre veille est le tri de l’information”

          Toufik TORKI, directeur marketing et commercial chez SAS Soneex

          Pour en savoir plus sur ces témoignages de responsables marketing, téléchargez notre Livre Blanc.
          Celui-ci compile également de nombreux conseils d’experts pour déployer une veille en entreprise :

          Veille en entreprise : notre Livre Blanc sur “La Veille dans les Directions d’Entreprises”

          Veille en entreprise : notre Livre Blanc sur “La Veille dans les Directions d’Entreprises”

          Téléchargez gratuitement et sans engagement l’ebook dédié à la Veille en Entreprise intitulé : “La veille dans les directions d’entreprises, directions marketing, directions commerciales“.

            Téléchargez notre livre blanc sur la veille dans les directions d'entreprises

            Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails. Pour obtenir plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, rendez-vous sur notre site Web.

            “On a tous l’impression d’avoir accès à l’information facilement, mais la pertinence de cette information est toujours difficile à appréhender”. Vous vous reconnaissez dans cette phrase ? Dans ce cas, notre ebook sur la veille dans les directions d’entreprises sera une lecture éclairante pour vous donner des pistes d’optimisation !

            la veille en entreprise  téléchargez l'ebook livre blanc dédié à la veille dans les directions d'entreprises
            Consultez la totalité des témoignages d’entreprises dans le Livre Blanc “La veille dans les directions d’entreprises”

            Téléchargez le livre blanc
            sur la veille dans les directions d’entreprises

            Au sommaire :

            • Découvrez de nombreux témoignages de décideurs (responsables marketing, directeurs commerciaux, dirigeants…) sur les enjeux et les freins de la veille, sur la mise en place de solutions,…
              Plusieurs secteurs d’activité sont représentés dans cet ebook, comme le transfert industriel, l’assurance, le développement économique, les data centers, le commerce distribution, le négoce automobile, le mobilier et l’agencement, l’agrochimie…
              Bénéficiez de leur retour d’expérience dans le but d’avancer plus vite, en interne, sur votre projet de veille.
            • Consultez des ressources complètes afin de développer une veille d’entreprise en interne ou pour externaliser sans inquiétude :
              Quels outils et logiciels favoriser ?
              Comment choisir ses prestataires ?
              Quelles priorités mettre en oeuvre ?
              Quelles sont les méthodes à privilégier ?
              De quelles astuces des experts en veille pouvez-vous vous inspirer ?
            • Bénéficiez d’un accès à un cahier des charges complet pour la mise en place d’une veille dans votre entreprise. Parce qu’un document opérationnel vous permettra d’avancer rapidement sur votre projet de veille. Il vous aidera également à collaborer avec d’autres services ou des prestataires externes.

            EXTRAIT :

            Consultez un extrait  de 9 pages (sur 37 dans l’ebook complet) :

            Les experts en veille et les clients de Scope Veille Augmentée ont participé à la création de cet e-book. Nous l’espérons utile pour toutes les entreprises qui réfléchissent à la mise en place ou à l’optimisation d’une veille au sein de leurs services.

              Téléchargez notre livre blanc sur la veille dans les directions d'entreprises

              Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails. Pour obtenir plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, rendez-vous sur notre site Web.

              Replay de notre Webconférence Veille

              Replay de notre Webconférence Veille

              L’équipe de Scope Veille Augmentée vous a proposé un webinaire vendredi 14 décembre à 11h, sur la plateforme Webikeo.

              Entièrement gratuit, cet événement vous a permis d’échanger avec nous et de découvrir, en 5 exemples concrets, comment des entreprises de secteurs d’activité différents utilisent la veille dans leurs prises de décisions stratégiques, marketing, commerciales…

              ==> Visionnez le replay du webinar “5 cas concrets d’utilisation de la veille comme outil de performance”

              Marina Bellot et Philippe Brun, animateurs, apportent des éléments concrets issus de cas clients, d’études statistiques, mais surtout d’interventions terrain au plus près des préoccupations des décideurs à propos de la veille marché, veille concurrentielle, veille image, veille juridique…

              Ils ont également eu le plaisir de vous annoncer la sortie du livre blanc Scope® “La veille dans les Directions d’entreprises, marketing, commerciales“, à télécharger gratuitement sur notre site

              Comment ORGANISER et professionnaliser ma veille ? 10 conseils des experts Scope®

              Comment ORGANISER et professionnaliser ma veille ? 10 conseils des experts Scope®

              Organiser sa veille, une action stratégique !
              Pour votre veille stratégique, vous combinez des outils gratuits en ligne avec des abonnements à quelques revues métiers / secteur ?
              L’information que vous trouvez par ce biais vous semble-t-elle pertinente ?
              Est-elle utilisable rapidement dans le cadre de votre travail ?
              Que vous apporte-t-elle dans votre réflexion sur le long terme ?

              Et surtout : est-ce que les résultats ainsi obtenus sont suffisants pour votre quotidien professionnel ?

              Si votre réponse à cette dernière question est “non”, ou “m’ouais”, ou pire encore “euh, m’ouais ? enfiiin…”, je vous invite à lire les conseils ci-dessous qui vous serviront à organiser et professionnaliser votre veille !

              Pourquoi est-il nécessaire d’organiser et professionnaliser votre veille ?

              Sauf à être chargé de veille, il est très probable que la veille ne soit que l’une des nombreuses tâches réalisées dans le cadre de votre activité professionnelle. Il vous est peut-être difficile de consacrer autant de temps que nécessaire à la recherche d’informations pertinentes.

              Dans cette configuration, vous préférez aller à l’essentiel en surveillant uniquement les sources d’informations les plus utiles et pertinentes pour votre activité. Toutefois, cette solution présente des désavantages : résultats non exhaustifs, sources peu variées, répétition des informations au fil du temps (pas de “nouveautés”, pas de sérendipité), thématique traitée partiellement…

              En organisant et professionnalisant votre veille, vous gagnerez en efficacité et surtout en efficience. Vous pourrez libérer du temps pour vous occuper de vos missions régulières. Vous serez également à même de partager cette méthode avec vos collègues et collaborateurs, pour les aider à progresser et organiser une veille collaborative qui bénéficiera à tous.

              Une méthode simple, mais pratique, pour ORGANISER votre veille

              Il existe de petites astuces simples, rapides et pratiques à mettre en oeuvre pour organiser au mieux votre veille. Voici les étapes à suivre, et je compte sur vous pour partager vos idées complémentaires dans les commentaires !

              1. Réalisez une “mindmap” de vos thématiques de veille

                Même si vous avez déjà mis en place une veille et qu’elle vous semble donner de bons résultats, prenez à l’occasion deux heures pour créer votre “mindmap” de veille. Réalisée sur un outil gratuit (ex : Mindmeister), cette carte mentale présentera les différentes branches de votre stratégie de veille :
                – branche #1 : prenez soin de décrire le pourquoi de votre veille. A quels enjeux, objectifs, répond-elle ? Que vous apporte-t-elle ? Que vous permet-elle de réaliser ? Cette branche sera votre boussole, pour maintenir votre motivation au fil du temps.
                – les autres branches présenteront vos thématiques de veille : le sujet, les axes, les acteurs, les mots-clés, les expressions, les synonymes, les requêtes… qui y sont associés.
                – une branche à part servira à délimiter le sujet : c’est à dire les sujets ou informations que vous ne souhaitez pas voir apparaître dans vos résultats de recherche (ex : vous vous intéressez à l’automobile, mais ne souhaitez pas voir les résultats sur les véhicules électriques).
                – vous pouvez également ajouter une branche concernant les sources les plus pertinentes à vos yeux pour ces thématiques, ou même clipper des ressources

                Conseil d’expert Scope® ⇒ si vous faites appel à un prestataire de veille, ou devez déléguer vos tâches à un collègue ou un stagiaire, cette mindmap sera un support de travail précieux !

              2. Organiser sa veille grâce aux synonymes

                Internet n’est malheureusement pas une immense base de données, parfaitement organisée par mots-clés présentés sous forme de thésaurus. Mais vous le saviez déjà !
                Les ressources en ligne peuvent donc parler de votre thématique de prédilection, mais sans citer votre mot-clé phare. Il est important de prévoir des synonymes, des expressions, des mots affublés de coquilles (‘autombile’ au lieu de ‘automobile’)… pour vous assurer d’obtenir le maximum de résultats.

                Conseil d’expert Scope® ⇒ les synonymes sont très utiles en veille. Le top consiste à développer le champ lexical de chacune de vos thématiques de veille, et de réfléchir au champ sémantique si nécessaire.

              3. Plantez un poil dans une main et mettez de la sérendipité dans l’autre

                Non, non, je n’ai pas perdu la tête ! Un bon veilleur a toujours un ‘poil dans la main’. Il part de l’idée que d’autres ont certainement déjà réalisé une partie du travail de compilation de sources avant lui. Avant toute chose, il se met donc à la recherche de ressources sur le sujet : celles collectées par les acteurs du domaine, les experts du sujet, les annuaires dédiés à la thématique, éventuellement les forums ou groupes de discussion parlant de ce sujet, etc.
                Une fois ce premier “défrichage” du sujet réalisé, explorez les ressources ainsi trouvées et cliquez sur les liens, les profils des auteurs, les mots-clés qu’elles présentent. Laissez-vous porter par ce semi-hasard qui vous permettra certainement de dénicher une information ou une ressource à laquelle vous n’aviez pas pensé ! (c’est la magie de la sérendipité).

                Conseil d’expert Scope® ⇒ avant de débuter un travail de veille, entrez dans la posture “fainéant” et regardez ce qui a déjà été fait sur le sujet. C’est un très bon point de départ pour explorer d’autres sources d’information !

              4. Mutualisez votre veille

                Saviez-vous que votre collègue Bernard dépouille chaque semaine la même newsletter métier que vous ? Imaginiez-vous que dans le service juridique, Jeanne a accès à une base de données spécialisée qui pourrait aussi vous être utile ?
                La problématique principale en entreprise est que les veilleurs occasionnels ne pensent pas à vérifier si d’autres ne font pas déjà les mêmes actions de veille. Au final, vous êtes peut-être une demi-douzaine de collaborateurs à lire la même newsletter sans forcément penser à partager les articles intéressants autour de vous. Et cela représente une perte de temps importante…

                Conseil d’expert Scope® ⇒ retour au point 1 ! Partagez votre “mindmap” à vos collègues et demandez-leur de faire de même. En vous organisant à plusieurs, vous couvrirez un plus grand périmètre de veille.

              5. Veille radar, veille cible ? Gardez la différence en tête

                Selon votre thématique de veille, il vous faudra choisir entre ces deux méthodes de veille, ou bien réussir à les combiner.
                La
                veille radar* vous permet de mettre sous surveillance tous vos mots-clés de prédilection, sans limitation de sources d’information. Vous pouvez ainsi détecter l’ensemble des sites web, documents, profils… qui traitent de ce sujet.
                La
                veille cible* consiste à repérer en amont une liste de sources pertinentes et fiables et de surveiller leurs futures publications.
                * source : OutilsFroids.net

                Conseil d’expert Scope® ⇒ le niveau de difficulté rencontré lors de la création d’une veille vient plus souvent de la veille radar, ou de la combinaison des deux types de veille. Rien ne vous empêche de faire appel à un expert pour vous aider dans cette phase délicate.

              6. Limitez le nombre d’outils

                Face à une offre variée, tant gratuite que soumise à abonnement, il est tentant de multiplier les outils pour bénéficier du maximum de fonctionnalités (filtres, moteurs de recherche, export de données).
                Mais… Les notifications vont s’accumuler. Les outils gratuits font souvent évoluer leur offre pour supprimer certaines fonctionnalités gratuites auparavant. Vous devrez vous connecter à plusieurs outils et ouvrir plusieurs livrables différents (alertes mail, portail en ligne, notifications de navigateur, newsletter…) pour obtenir vos résultats de veille.

                Conseil d’expert Scope® ⇒ Limitez-vous à un outil principal, et un ou maximum deux complémentaires pour certaines thématiques essentielles.

              7. Renseignez-vous sur les opérateurs booléens et les requêtes acceptées par vos outils

                Certains outils acceptent des requêtes complexes et l’ensemble des opérateurs booléens, tandis que d’autres ne vous donnent pas accès à un système de recherche avancée. Choisissez celui qui convient le mieux à vos besoins.

                Conseil d’expert Scope® ⇒ Dans le cas d’une veille radar, avoir des possibilités de requêtes poussées peut constituer un avantage indéniable, notamment pour réduire le bruit dans les résultats.

              8. Vérifiez les fonctionnalités proposées par votre outil de veille

                Si vous devez combiner plusieurs outils à votre plateforme de veille pour réussir à bénéficier d’un moteur de recherche, d’options de filtrage, d’un système d’alerte ou de fonctionnalités de création de dossiers et sous-dossiers…, alors votre choix n’est pas adapté.

                Conseil d’expert Scope® ⇒ pour valider votre choix en toute sérénité, constituez la liste de vos critères importants et soumettez plusieurs outils de veille à la comparaison.

              9. Appuyez-vous sur les flux RSS pour organiser sa veille

                C’est l’un des meilleurs formats existants pour réaliser une veille efficiente. Comme ils tendent à devenir de moins en moins visibles, les trouver est plus compliqué… mais vos efforts seront récompensés ! Idéal pour une veille cible, le flux RSS va vous faire gagner un temps précieux car il présentera la ressource en format simplifié, résumé et normalisé. En général, les flux RSS présentent le titre de la ressource, la date de publication ou mise à jour, un résumé et un lien (ils peuvent être agrémentés du nom de l’auteur, de la catégorie dans laquelle ils sont classés, etc.).

                Conseil d’expert Scope® ⇒ munissez-vous d’un agrégateur de flux RSS (ex : Feedly, Netvibes…) pour pouvoir lire ce format et bénéficier d’autres fonctionnalités très utiles.

              10. Créez une arborescence pour votre base de veille

                Vous pouvez organiser votre base de veille sous forme de “tiroirs” ou d’arborescence. Notre équipe de chargés de veille utilise plusieurs méthodologies, combinables entre elles, comme par exemple :
                – classer les sources par fréquence de publication : nul besoin de lancer la vérification de vos sources si elles se mettre à jour chaque mois.
                – classer les sources par thématique ou par zone géographique.
                – trier les sources par type : pour éviter de mélanger les sites web d’actualité avec les blogs de particuliers.
                – le système des dossiers prioritaires : pour les journées qui auraient bien besoin de plus de 24h, nos experts prévoient en amont une liste de sources incontournables qu’ils dépouillent chaque jour même si leur agenda est rempli. C’est l’assurance de rester à jour dans une thématique précise.

                Conseil d’expert Scope® ⇒ un conseil à appliquer pendant la constitution de votre base de veille, sinon il faut tout reprendre par la suite.

              PROFESSIONNALISER sa veille… une affaire d’experts ?

              Pouvez-vous assurer tout le périmètre de votre poste (en marketing, innovation, juridique…) et, en parallèle, être un véritable professionnel de la veille ?

              La réponse est non.
              Pourquoi ? Parce que même si vous suivez à la lettre les conseils donnés dans la 1ère partie de ce billet, vous n’aurez utilisé que des astuces d’optimisation avancée.

              Par exemple, chez Scope®, nos chargés de veille stratégique peuvent parfois surveiller jusqu’à 2.000 sources par jour pendant plusieurs années. Si vous n’êtes pas chargé de veille, les missions principales de votre poste occupent déjà une grande partie de vos journées.

              • Organiser sa veille tout en conservant le même niveau d’engagement dans vos autres tâches reviendrait à vous entraîner pour un marathon tout en préparant un vol dans l’espace.

              “Grâce à Scope, nous pouvons satisfaire le besoin en information des collaborateurs de L’Auxiliaire, sans avoir à mettre nos autres missions Marketing en retrait” – Carole Vandra, chargée de missions Marketing chez L’Auxiliaire

              Il est tentant de choisir un logiciel de veille toutes options en espérant qu’il réalisera le travail de veille à la perfection. Malheureusement, le logiciel capable de réaliser cela n’existe pas et n’existera sans doute jamais.

              L’étape de réflexion poussée que je vous conseille dans le point #1 de cet article est forcément réalisée par un humain. Idéalement, elle doit être menée par un humain formé aux moteurs de recherche, aux requêtes avancées, à la constitution de dossiers documentaires ou de revues de presse, à l’analyse.

              Par ailleurs, l’expert humain est capable de comprendre votre problématique de veille, de faire la différence entre des homonymes, d’estimer la fiabilité d’une source d’information, d’assurer un “service après vente”, de recouper une actualité avec d’autres sources, …

              Faire appel à un expert représente surtout un gain de temps considérable à toutes les étapes de votre projet de veille. Il vous aidera à construire plus vite votre plan de veille, à collecter plus rapidement vos sources ou à organiser votre surveillance de mots-clés, à choisir efficacement les informations les plus pertinentes, et à dépouiller de manière systématisée les différentes ressources veillées.

              • Se reposer sur un outil sans préparer une stratégie de veille, et en n’ayant aucune connaissance de méthodologie de la veille, est un bon moyen de signer l’arrêt de mort de votre projet à court terme

              “L’Auxiliaire est passée de 16h pour réaliser sa newsletter mensuelle à moins de 2h pour une newsletter hebdomadaire (soit 8h par mois)”. “Deux tiers des utilisateurs au sein de L’Auxiliaire estiment que les informations transmises ont un impact sur leur action ou prise de décisions”. “Leurs sources sont plus variées que celles utilisées auparavant”. – Carole Vandra, chargée de missions Marketing chez L’Auxiliaire

              Le principal défi d’une action de veille est de la maintenir dans la durée, plus particulièrement de conserver son niveau de qualité, tout autant que le volume de sources et de résultats obtenus, sur le long terme.

              Serez-vous aussi motivé pour dépouiller, mais aussi faire vivre, votre veille après six mois, un an, trois ans ?
              Ne serez-vous pas tenté d’augmenter le délai entre deux collectes de résultats ?

              • Souvenez-vous : le marathon et le vol dans l’espace…

              “Nous sommes passés d’un rythme mensuel à un rythme hebdomadaire, mieux adapté à la diffusion rapide et pertinente de l’actualité”. – Carole Vandra, chargée de missions Marketing chez L’Auxiliaire “Nous ne pouvons pas nous passer d’information. Elle est incontournable pour nous, d’autant plus qu’en espace vert, rien n’existe comme information ; c’est très difficile de trouver des éléments intéressants”. – Laurent Morano, Directeur commercial « espaces verts » chez Nufarm

              Faire appel à un expert dans l’objectif de professionnaliser votre veille est payant dans la mesure où les conseils, les astuces et la méthodologie que vous présentera cet expert pourront vous servir au fil des années.

              Scope® Veille Augmentée® vous permet de bénéficier d’un temps d’échange avec des experts de la veille, ainsi que d’une période de découverte.

              Echangeons !